La Memup Slidepad, une tablette…presque suffisante

Posted on 30/09/2013

3


Vous allez sans doute me dire qu’avec le temps que j’ai mis à rédiger ce compte-rendu, mon avis sur la prise en main de la tablette Memup Slidepad 9716 est plus que périmé.
Pas forcément et pour deux raisons.

Elle reste en vente et le prix a forcément baissé depuis sa sortie en toute fin 2012, ce qui n’est jamais négligeable.

Et elle possède plusieurs qualités qui, si on les généralise, peuvent s’appliquer à d’autres tablettes de moins de 10 pouces à l’heure actuelle.

Et puis je m’étais engagé à le faire, donc je le fais. Question de principe et toutes mes excuses pour ce retard.

Memup slidepad 9716
La slidepad

J’ai découvert tout au long de ces 36 derniers mois, en mobilité autant qu’au bureau ou à la maison, l’intérêt d’une tablette. Et son inconvénient majeur : la liaison. J’utilise au quotidien deux techniques : la carte 3G dédiée dans l’iPad du service, un point 3G/wifi pour cette tablette Memup quand je l’ai utilisée puis par la suite pour mon Note 8 perso. Bon là je triche un peu car en réalité depuis l’été j’ai la chance de bénéficier via un Klout Perk un domino 4G dont le wifi me permet de surfer efficacement à Metz et à Nancy (couverts par la 4G d’Orange) et en 3G partout ailleurs.

Or précisément, surfer sur la Memup est simple et fonctionnel avec un écran de bonne qualité. Même si au premier regard cette tablette en elle-même fait un peu grossière avec ses contours en plastique et si à l’extérieur le rétro-éclairage est insuffisant si vous travaillez par grand soleil (même en hiver). Cette slidepad est clairement un outil d’intérieur. Mais un outil pertinent pour un prix réduit si votre objectif est la bureautique et le surf. Si vous évitez les vidéos lourdes et les jeux costauds, vous devriez vous en satisfaire. Vous ou bien un senior ou un junior qui n’en seraient qu’aux premiers contacts avec un objet tactile. Car les autres seront certainement plus exigeants, en particulier pour l’enregistrement de vidéos et photos (2M pour le capteur principal, 0.3 pour la frontcam) et la partie logicielle car ce système Android (4.0.5) est livré sans GooglePlay…

Pendant les 15 jours de tests continus de cette tablette, j’ai rédigé deux textes, géré mes emails via internet (je n’ai pas chargé l’appli Gmail), ai surfé quotidiennement (google reader à l’époque, feedly aujourd’hui, Twitter et Facebook) et regardé un certain nombre de vidéos. Puis j’ai retourné la tablette au constructeur en le remerciant de ma l’avoir laissé l’essayer.

Je constate que depuis  et depuis que je possède mon Note 8 wifi, je ne fais pas beaucoup de choses différentes à part, en cas d’urgence, alimenter le site web de France 3 Lorraine en mobilité. Dans l’absolu, une tablette comme la Memup m’aurait suffi. Mais la fluidité d’utilisation de ma tablette Samsung (bien meilleure encore que celle de l’iPad 2 du service) et surtout son stylet -dont j’ai appris l’usage avec mon Note2- me font aujourd’hui très largement préférer à la fois l’univers Android au détriment de l’IOS et surtout un outil fonctionnel inférieur à 10 pouces mais qui soit parfaitement réactif . C’est sans doute le plus gros défaut de la Memup Slidshare. Qui s’est finalement révélée être une tablette… presque suffisante. Mais presque seulement.

Pour info, depuis mon test, Memup a sorti la version Elite de la 9716. Son test est à découvrir ici.

Posted in: Internet, outils