De la frustration

Posted on 01/02/2011

3


Au départ cela paraissait une bonne idée : accompagner, via un site dédié, le festival du film fantastique de Gérardmer d’une couverture internet complémentaire à la couverture télévisuelle de France 3 Lorraine.

Mais en allant plus loin que ce nous offrons traditionnellement dans ce type de situation et en jouant également la carte de l’interactivité.

Une fois l’idée validée, 4 mois avant le festival, et en parallèle aux activités quotidiennes des différents protagonistes ayant à établir le site, ses contours, son contenu, nous avons monté une équipe transversale (communication, informatique, rédaction, technique) afin que tous les futurs acteurs de cette plateforme soient intégrés dès le départ dans son élaboration.

Un mois et demi d’élaboration du site et de son arborescence en fonction du contenu qui nous paraissait disponible à l’aune des précédentes éditions du Festival.

Un mois et demi pour la création technique et graphique du site.

Un mois d’essais pratiques de transfert et d’encodage de vidéos.

Puis la mise en situation réelle avec le transfert des bandes annonces de tous les films présentés du 26 au 30 janvier 2011.

Cerise sur le gâteau, ma volonté de rendre ce site dédié accessible aux différents OS. En particulier la possibilité de lire toutes nos vidéos sur iPad et iPhone.

Ce dernier point a fourni un important travail à nos informaticiens à qui je rends ici hommage pour leur implication à chaque étape du projet – et leur succès sur ce point précis- ainsi qu’à l’ensemble de l’équipe transversale.

Finalement le site a pu être mis en ligne 5 jours avant le festival, précédé de quelques jours du lancement du mot-clé dédié (hashtag) #Fantas88 sur Twitter et d’un important teasing sur notre page Fan Facebook.

visuel de la Home Gérardmer

France 3 Lorraine fait son festival à Gérardmer 2011

L’objectif du site était d’être le plus possible, au plus près de l’évènement, en partenariat avec les internautes (locaux, journalistes, amateurs de fantastique, etc.) présents sur la manifestation et sur les réseaux sociaux.

Premier échec avec le ratage du hashtag.

#Fantas88 me paraissait une bonne idée : un mot-clé simple, facile à retenir, compréhensible en français, anglais et allemand. Fantas pour fantastique, 88 pour les Vosges. Echec sur toute la ligne, personne n’a utilisé le mot.

#Gerardmer et même gerardmer (pas d’accent dans les hashtags) leur a paru plus simple, plus efficace.

Je l’ai donc moi-même utilisé sur mes 2 fils Twitter @F3Lorraine et @jcdrf3, mais en y ajoutant malgré tout mon #Fantas88 dans l’espoir qu’il serait sinon plébiscité, du moins, utilisé par les internautes.

Frustration et claque à l’égo.

Second échec, la couverture du Festival.

Echec est un mot un peu fort, car au final nous avons publié de très nombreuses vidéos, beaucoup de photos et globalement suivi le quotidien en journée et soirée des festivaliers.

Et assuré une couverture optimale du palmarès sur Twitter moins d’une minute après chaque annonce avec lien hypertexte vers la bande-annonce du film primé.

Mais en raison de problèmes techniques que nous n’avions pas identifiés en amont comme la nécessité de faire de véritables montages de sujets et non du simple découpage -et auxquels nous avons été confrontés dès le 2ème jour- nous nous sommes avérés finalement peu réactifs le plus souvent. Voir à côté de certains moments de l’événement dont nous connaissions pourtant l’existence. Comme par exemple la master classe de Dario Argento ou encore les conférences thématiques.

Ces problèmes nous ont par exemple coûté les après-midi du vendredi et du samedi passés à tenter, en vain, de trouver une solution. Il nous a fallu finalement utiliser un matériel de secours dimanche matin pour y remédier. Avec un nombre conséquent de transferts (merci à ma clé sécurité USB EMTEC Professional flash drive pour son efficacité – pub gratuite- !) d’un ordinateur à l’autre.

Terrible frustration pour l’équipe qui misait sur sa réactivité et s’est retrouvée clouée sur place.

Frustration également pour nos interlocuteurs de devoir parfois attendre 24h pour retrouver en ligne des vidéos réalisées avec leur collaboration.

Frustration toujours avec la couverture téléphonique sur Gérardmer. 3G difficile, Edge moyen…

Comment dans ces conditions, réussir à Ustreamer ou Twitvider la cérémonie d’ouverture, celle de clôture, des présentations de films, la Zombie Walk ou encore la rencontre entre Dario Argento et le public, voire une interview avec l’acteur principal du film norvégien The Troll Hunter…

Frustration.

3ème échec, l’interaction manquée avec les internautes.

Nous leurs avions préparé une case et un mail dédié pour y déposer très facilement leurs photos du Festival. Mais aucun d’entre eux ne nous en a envoyé malgré mes sollicitations et relances sur les réseaux sociaux.

Pas plus de succès pour mes propositions de rencontre et d’échanges à travers des #Twunch (Lunch entre utilisateurs de Twitter) qui m’ont toutefois permis un très intéressant tête-à-tête avec @Rrho et un passionnant café-Coca sur le community managing avec les @Darkplanneur. Mais à part ces inoubliables échanges entre usagers pros de l’internet, pas de retour de nos followers ni des utilisateurs de Facebook et Twitter présents sur Gérardmer.

Frustration.

4ème échec, notre visibilité.

Le référencement Gérardmer/ France 3 Lorraine a été quasi nul dans les pages Google. Notre site n’a été mis en ligne que trop de jours avant le Festival, il ne sera référencé que dans un mois ou deux si les internautes s’en emparent…

Et sans doute aurions-nous dû interagir beaucoup plus en amont avec les internautes sur les forums spécialisés.

Frustration.

Reste que ces 5 journées ont été… fantastiques, humainement, par  les rencontres effectuées, l’immersion au cœur de l’évènement et le travail main dans la main, sur place, de l’équipe actu et de l’équipe internet.

Elles ont aussi été une très belle expérience technique dont les enseignements vont nous permettre de préparer d’ores et déjà de prochaines opérations.

Et puis notre travail était (et est toujours) accessible sur toutes plates-formes.

De sorte que nous avons-validé notre capacité à bosser en immersion, loin de France Télévisions, simplement reliés à notre maison par une liaison à haut-débit.

L’échec finalement n’est souvent qu’une vue de l’esprit, ce point de vue duquel on se place.

Quand à la frustration, elle est d’abord un puissant moteur.

Pour faire pas forcément plus, mais mieux et peut-être de façon plus ciblée.

La prochaine fois !

😉

Posted in: Internet